MENU
Recherchez votre formation
  • Imprimer
  • Envoyer un mail

Témoignages

portugal 1

Morgane et Laura

Étudiantes Assistantes Sociales à Limoges - Stage de novembre 2018 à mars 2019

Nous sommes deux étudiantes qui avons eu l’occasion de partir en stage Erasmus à Bragance au Portugal. Ce stage s’inscrit dans le cadre de notre deuxième année de formation au DEASS (Diplôme d’Etat d’Assistant de Service Social). Grace au partenariat de notre organisme de formation avec l’Institut Polytechnique de Bragance (IPB), nous avons réalisé un stage de respectivement 8 semaines et 11 semaines au sein de l’Unité de Soins Continus Intégrés de Bragance (USCI). Cette Unité de soins fait partie d’une institution que l’on retrouve à l’échelle nationale, la Santa Casa da Miséricordia.

Nous sommes parties en stage du 19 novembre 2018 au 18 janvier 2019, pour l’une et du 19 novembre 2018 au 1er mars 2019, pour l’autre. Nous avons souhaité vivre cette expérience afin de nous enrichir tant personnellement que professionnellement. En effet, nous voyions cette opportunité comme l’occasion de découvrir les pratiques professionnelles et les missions des Assistants de Service Social (ASS) dans un autre pays membre de l’Union Européenne mais aussi comme la possibilité d’être immergées dans un pays avec une langue, une culture et des pratiques différentes.

Nous avons pu avoir un logement grâce à une agence spécialisée située sur le campus de l’IPB, nous avons vécu en colocation avec plusieurs personnes de nationalités différentes. Ce fût très enrichissant, nous avons pu échanger sur nos modes de vie respectifs.

Sur place, nous avons été très chaleureusement accueillies par Maria qui est professeure à l’école supérieure d’éducation de Bragance au sein de l’IPB. Elle assure également l’accueil des étudiants Erasmus. Susete, la directrice technique de l’USCI a fait preuve d’une extrême gentillesse et bienveillance envers nous.

Notre stage à l’USCI nous a permis de découvrir une approche différente et enrichissante pour notre future pratique professionnelle. La famille du patient occupe une place centrale, elle est mise en avant dans le projet du patient et est énormément soutenue par l’équipe pluridisciplinaire. De plus, le point de vue des travailleurs sociaux de l’Unité est pris en compte dans chacune des décisions concernant l’usager, au même titre que celui d’un professionnel de santé. Enfin, la Santa Casa de Miséricordia crée au sein de ses murs un véritable partage intergénérationnel. Régulièrement, les personnes âgées de la Maison de retraite, les patients de l’USCI et les enfants de l’école de la Santa Casa se rencontrent lors d’un temps de partage. Cette approche transversale au sein de l’institution permet de créer du lien entre les générations afin notamment de rompre l’isolement.

La ville de Bragance est une petite ville très charmante située dans le nord du Portugal à proximité de la frontière espagnole. C’est une ville à taille humaine, nous pouvions nous déplacer à pied aisément. Le coût de la vie est relativement peu onéreux, la nourriture et l’ambiance sont très agréables.

Les bus permettent de se déplacer facilement à moindre coût sur l’ensemble du pays. Ainsi, nous avons profité de notre temps libre pour visiter Porto et Lisbonne. Nous gardons de très bons souvenirs de ces deux villes.

La barrière de la langue n’est pas un frein pour l’intégration au sein du stage et dans la vie quotidienne. Nous nous sommes également aperçues que la communication non-verbale joue un rôle important dans l’échange avec autrui.

Cette opportunité a été une expérience unique, qui nous a permis de découvrir le Portugal et toutes ses richesses. Nous n’oublierons pas l’accueil, et le bon temps passé dans un pays où il fait bon vivre.

portugal 2

portugal 4

portugal 3

 

Jeanne et Fabien Madrid

Jeanne et Fabien

Étudiants Assistants Sociaux à Limoges - Stage de novembre 2018 à janvier 2019

Les deux premiers stagiaires assistants sociaux au Consulat Général de France à Madrid

« Nous sommes Jeanne et Fabien et avons respectivement 23 et 36 ans. Nous sommes deux étudiants en deuxième année d’assistant de service social à l’école de la Croix Rouge à Limoges. Nous avons réalisé un stage de 11 semaines au service social du Consulat Général de France à Madrid du 19/11/2018 au 15/02/2019. Nous nous connaissions seulement dans la sphère de la formation mais ce séjour nous a permis de vivre et travailler ensemble. Car Erasmus+ n’est pas seulement une aventure géographique mais cela a été aussi pour nous une très belle aventure humaine.

Vivre une expérience au sein d’un consulat est une opportunité car le ministère de l’Europe et des affaires étrangères (M.E.A.E) « n’ouvre pas les portes » aussi fréquemment que d’autres lieux professionnels. Nous sommes les premiers stagiaires en travail social à pouvoir coopérer avec le Consulat de Madrid qui est un des plus actifs au monde du fait de son nombre important de ressortissants français. Le Consulat a pour mission d’aider le public en difficulté et participe à l’animation du réseau associatif de l’entraide française. Nous avons accompagné des personnes en difficulté financière, psychologique ou sociale et pu être immergés dans des services sociaux espagnols comme un centre pour personnes porteuses de maladies mentales, ou encore nous rendre au sein d’un centre de détention à Madrid.

Nous sommes aussi les premiers stagiaires français à coopérer une semaine avec les équipes d’urgences du Samur Social de Madrid ce qui a été publié comme un honneur dans un article de presse sur le site internet de l’ambassade de France. Nous avons eu aussi le privilège d’être conviés à la réunion annuelle consulaire Ibérique qui s’est déroulée à la résidence de l’ambassadeur, M. Yves Saint-Geours. Nous avons pu comprendre les enjeux et intérêts pour nos deux nations d’établir de bonnes relations et que la paix et la coopération sont à entretenir sans relâche.

L’Espagne est si proche de nous et aussi si différente par sa culture, son histoire, son climat. Madrid est une capitale en pleine effervescence depuis plusieurs années et dégage un « vivre ensemble » si typique à l’Espagne. La bourse Erasmus+ nous a permis de nous loger et a représenté environ 1000 euros sur la totalité du séjour. Nous avons pu visiter les monuments et rencontrer une multitude de nationalités. L’Espagne est le premier pays de destination pour les étudiants Erasmus+. Elle l'est aussi pour un grand nombre de français car, entre autres, l’Espagne a indéniablement un climat plus agréable qui nous a amené parfois à penser : « Mais que vouloir de plus qu’un des meilleurs taux d'ensoleillement d'Europe ? ». Cependant nous avons pris conscience de certains avantages en France, avec en Espagne une société moins individualiste mais un état moins investi dans sa politique d’aide et une partie de la population en situation de vulnérabilité, surtout depuis la crise de 2008.

L’impact de ce stage a été fort en termes de savoir, savoir faire et savoir être. Connaître et mieux comprendre la politique du pays est un retour très important. La gestion de projets s‘est révélée salvatrice pour mener à bien nos missions et satisfaire nos interlocuteurs. La communication écrite et orale a été un domaine de compétence très sollicité tout au long de notre séjour. Quant à la barrière de la langue, elle se compense par l’envie de découvrir « l’autre ».

Pour conclure, nous avons été fiers de pouvoir représenter notre filière auprès du ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Nous recommandons à tout étudiant de sauter le pas pour une mobilité Erasmus+ car ces séjours sont enrichissants et permettent d’ouvrir son esprit, de travailler son adaptabilité et de prendre de la distance sur ce que nous pouvons vivre dans le quotidien. Nous remercions toute l’équipe de la Croix-Rouge et Erasmus+ sans qui rien n’aurait été possible.

¡Viva Espaňa y Francia!

Jeanne et Fabien (Surnommés en Espagne : Juana y Pepito) »

Madrid 2

madrid 3

madrid 4

 

Camille et Léa

grece 1

Étudiantes à l'IFSI de Bègles - Stage octobre-décembre 2018

« Nous sommes Camille et Léa, deux étudiantes en soins infirmiers en 3ème année de la Croix Rouge de Bègles. Nous avons décidé d’inclure dans notre

cursus d’étude un stage Erasmus. Notre choix s’est porté sur la Grèce, ce pays qui est souvent une destination vacances a été une vraie découverte pour toutes les deux ! 

Notre stage s’est déroulé dans l’hôpital de la ville de Patras, dans le Péloponnèse. Nous avons passé 5 semaines dans le service de maternité et 5 semaines dans le service de chirurgie générale. 

Ce stage nous a permis de rencontrer des infirmières et autres professionnels de santé Grecs, ils ont su nous montrer des façons de soigner différentes des nôtres. 

Il nous a fallu un temps d’adaptation aux pratiques grecques. En effet, la prise en soin, la prise en charge de la douleur et les normes d’hygiènes et d’asepsie sont différentes de celles de France. Cependant, une majorité de Grecs parlent l’anglais. Ceci a été très facilitant pour pouvoir communiquer avec eux. De plus, nous avons pu apprendre quelques bases de la langue grecque lors de nos cours à l’université de Patras. 

En parallèle de ce stage nous avons pu découvrir le pays et ses magnifiques sites historiques. 

Entre nouvelles rencontres, découvertes, et enrichissement, cette aventure restera à jamais gravée dans notre mémoire ! Nous sortons grandies de cette expérience ! 

Ce stage est une chance et il nous permet d’acquérir une certaine ouverture d’esprit qui est nécessaire dans l’exercice de notre profession. 

Nous recommandons aux futurs étudiants de partir à l’aventure dans ce magnifique pays pour la gentillesse de ses habitants mais aussi pour sa délicieuse gastronomie (salade grecque, feta, tsatsiki... :) ! » 

 

grece 33

grece 22

 

Manuela

Étudiante à l'IFSI de Bègles - Stage octobre-décembre 2018

riga 2

" Riga ça a été 10 semaines de bonheur ! J’ai choisis de partir en Erasmus en Lettonie car je voulais découvrir une autre culture, une prise en soins différente en Europe. Je n’ai pas été déçue ! Mon erasmus a été une expérience très enrichissante, que ce soit au niveau du stage ou de la vie dans la capitale lettone.

En stage j’ai pu découvrir 3 services différents, un service de chirurgie ORL, une service de maladies infectieuses et respiratoires et enfin un service de chirurgie viscérale, les 3 à l’hôpital des enfants.

Ce qui m’a plu c’est de découvrir une nouvelle façon de travailler, et en allant à l’étranger, on se rend compte de beaucoup de choses sur notre façon de pratiquer en France. J’ai eu de la chance car j’ai rencontré des infirmières qui parlaient l’anglais. Pas toutes évidemment, mais on se fait comprendre, quelques mots en anglais, google traduction sous la main, et le langage des signes qui est vraiment très efficace parfois !

Erasmus c’est aussi découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture, un mode de vie très différent du notre, et rencontrer de nouvelles personnes de pays du monde entier. Pendant les 10 semaines j’ai vécu dans une résidence. Il n’y a pas meilleur moyen pour rencontrer du monde ! Nulle part ailleurs j’aurai pu vivre avec des lettones, des russes, des espagnols, slovaques, norvégiens, brésiliens, ouzbeks, italiens et j’en passe… un mélange culturel enrichissant et intéressant.

N’ayez pas peur de partir seuls, on rencontre du monde beaucoup plus facilement car obligés de s’ouvrir aux autres. 

Pour finir, je vous encourage à partir ! C’est une expérience qu’il faut vivre pour la comprendre. Avoir l’occasion de voir un fonctionnement différent est une chance qui permet d’acquérir de nouvelles compétences (adaptation, intégration…)

Mon dernier petit conseil si vous voulez partir en Lettonie, c’est de se munir d’un bon manteau et d’une bonne paire de gants ! ;) "

 

riga 1

riga 4

riga 3

 

Thanh-Long

Thanh Belgique

Étudiant à l'IFMK de Bègles - Stage avril-mai 2018

Huit semaines de bonheur chez nos voisins Belges ! L’opportunité de s’ouvrir et s’enrichir au travers des cultures et des horizons différents m’a été permise en effectuant un stage à Bruxelles, capitale Européenne.

Mon choix s’est porté vers ce pays pour des raisons professionnelles : la Belgique est le berceau en Europe de multiples recherches en kinésithérapie et la découverte d’un système de santé avec un parcours de soin différent du nôtre.

Force est de constater qu’il n’y avait que d’agréables surprises, à plusieurs niveaux : culturellement de par son histoire (jonction entre Wallonie et Flandre) et sa place particulière dans l’Union Européenne (plus de 100 nationalités présentes dans la ville !!! On y parle anglais partout !), humainement de par les mœurs et coutumes accueillantes et chaleureuses des autochtones, géographiquement (même la météo y est sympa entre avril et mai) de par sa situation centrale en Europe (les voyages intérieurs ou vers les Pays-Bas, le Luxembourg se font en moins de 2h30 pour arriver aux frontières) et professionnellement…

Pour ce dernier point important qui a déterminé mon choix de destination, notre lien était la Haute École Libre de Bruxelles (HELB), un des multiples établissements de formation en Masso-Kinésithérapie de la capitale.  L’établissement m’a fait un super cadeau pour un étudiant kiné qui désire parfaire ses connaissances et sa pratique professionnelle : j’ai pu être 4 semaines dans leur meilleur lieu de stage en Libéral, Sport therapy by LELEUX (orthopédie et sport) et 4 autres semaines dans leur meilleur stage en établissement public spécialisé, le CTR (neurologie).

Pour un étudiant stagiaire, sortir d’un stage avec la force d’avoir appris pour sa future pratique est primordiale ! En termes d’observation, d’apprentissage, « d’assistanat », de suivi, d’exercice des fonctions sous contrôle-tuteur, de responsabilité et de confiance, j’ai eu droit aux meilleures conditions pour me sentir confiant et fort d’expériences. Dans les deux lieux de stages l’ambiance était différente de par la population soignée mais la qualité d’enseignement pour un stagiaire était exceptionnelle.

Je recommande vivement aux étudiants MK qui hésiteraient, ou aimeraient partir apprendre différemment et efficacement d’aller faire un tour en Belgique ! Et si ça n’est pas pour la kiné, j’y ai dégusté les meilleures frites et bières de ma vie !!!

 

ERASMUS1

Marie-Christine

Cadre de Santé-Formatrice à l’IFSI Bègles

Du 19 au 21 avril 2017, j’ai participé à un « Workgroup » sur la Simulation en Santé à Namur,  organisé par notre partenaire HENALLUX  (Haute Ecole de Namur/Liège/Luxembourg).

Ce furent :

-         3 journées d’échanges intenses et fructueux autour  de la simulation

-         3 journées de collaboration et de discussion dans une ambiance studieuse et….festive

-         3 journées de partage durant lesquelles nos hôtes ont su nous faire apprécier les qualités culinaires et architecturales de la belle cité de Namur.

Qualité, respect, convivialité et bonne humeur, l’ensemble des  ingrédients étaient réunis pour que la recette soit réussie.

Super expérience, à renouveler. :-)

ERASMUS2

 

Léa

Étudiante à l'IFSI de Bègles – Janvier 2017

"La Lettonie, bien qu’européenne, est très différente de la France sur de nombreux aspects! Et ces 10 semaines ont été dépaysantes et enrichissantes !

Pour être honnête, Riga n’était pas mon premier choix. Avec Sophie ALEX-BACQUER, j’ai fait des démarches pour de nombreux pays en Europe du Nord, et seule la Lettonie m’a proposé un stage ERASMUS, et je ne le regrette pas.

Les lettons et russes vivant à Riga sont culturellement très différents de nous. Mais passé cette distance, j’ai découvert une région balte riche en histoire, en culture, et une envie de partage importante. La vie à Riga est facile, agréable et financièrement intéressante pour nous, étudiants français.

Mon arrivée a été facilitée par la présence d’une étudiante infirmière et d’une infirmière de la RSU Sarkana Krusta Medicinas Koledza (l’équivalent de l’IRFSS Aquitaine de la CRF). Elles m’ont guidée, afin de faciliter mon installation et mon intégration dans ce nouveau pays.

Lors de mon séjour, j’ai été accueillie dans 3 services différents, en chirurgie ORL et en service d’infectiologie à l’hôpital des enfants puis en service de soins intensifs en cardiologie pour adultes.

Dans les services, les infirmières parlent letton et russe et très peu parlent anglais. Mais dans chaque service, les cadres ont organisé mon emploi du temps en fonction du personnel soignant étant plus à l’aise en anglais. Malgré la barrière de la langue, notre grande volonté de partage nous a permis de communiquer. Pour les patients, c’est un peu plus compliqué. Les enfants parlent anglais, mais les personnes un peu plus âgées ne comprennent pas l’anglais et dans ce cas, le langage de la gestuelle et des sourires s’impose !

Je résidais dans un Dormitory, avec des étudiants venant de nombreux pays. Ma colocataire était allemande, mon voisin de chambre russe et à mon étage se mélangeaient espagnols, italiens, turques, slovaques, croates, ouzbeks, … Enfin, un mélange culturel très intense et très intéressant. J’ai été obligé de sortir de ma coquille et m’intégrer  à ce groupe formé depuis déjà un mois ! La vie en Dorm favorise le partage et la découverte de nouveaux modes de vie, façon de penser au quotidien, etc.

Je voulais partir seule, dans un pays avec une barrière de langue qui me forcerait à m’investir totalement et améliorer un peu mon anglais professionnel et personnel ! J’ai comme projet de pratiquer ce beau métier dans un cadre international. Confronter mes pratiques et mes connaissances, tester mon autonomie et mon adaptabilité au travers d’un stage était une occasion parfaite pour moi. J’ai énormément appris durant ce stage que ce soit professionnellement, humainement ou personnellement.

Je recommande à tous de partir, et de confronter nos représentations, pratiques et méthodes à d’autres pays. Pour moi, partir en Lettonie m’a permis de mieux comprendre le métier infirmier, nos caractéristiques, les chances de l’exercice français et ce sur quoi je peux m’améliorer pour être au plus proche des patients. Cette expérience très positive me conforte dans ma volonté de partir exercer à l’étranger."

Léa Jean-Jean  en Lettonie

 

Camille et Lucas

Étudiants à l'IFSI de Bègles – Janvier 2017

"Notre expérience Erasmus a été très riche tant sur le plan professionnel que personnel. Nous avons choisi la Belgique francophone pour la langue, et malgré un faible éloignement géographique la culture et les valeurs y sont très variées, ce qui peut être surprenant. Ce pays renferme lui-même plusieurs cultures, ce qui rend chaque rencontre et chaque situation de soin unique.

Nous sommes partis dans une optique d’ouverture à des valeurs et des pratiques de soin, et d’intégration à un système différent. Le fait d’avoir pu participer à des cours théoriques au sein de la Haute Ecole de Hainaut Condorcet à Tournai fut très bénéfique et enrichissant : les méthodes d’apprentissage sont très différentes et surtout axées sur la pratique de l’art infirmier. L’accueil chaleureux et les repères donnés ont été fort bénéfiques. Cela nous a donné une idée du suivi de la part des formateurs belges en stage. Ce suivi y est très présent, en plus de celui des infirmiers de terrain, ce qui a été difficile à saisir dans un premier temps, mais qui pour finir a été très enrichissant.

Par ailleurs l’adaptation au pays en lui-même a été plutôt aisée, et le fait de partir à deux nous a permis de nous soutenir mutuellement. Le fait de rencontrer d’autres étudiants Erasmus n’a fait que renforcer notre ouverture à des points de vue différents.

Avoir l’occasion de voir le fonctionnement des services dans un autre pays que le sien est une grande opportunité qui permet d’acquérir de nouvelles compétences, notamment d’intégration et de dépassement de soi, ce qui constitue une chance dans l’exercice de ce métier."

LC1

photos Belgique

 

LC4

LC3

 

Laurence

Étudiante en Soins Infirmiers - promo 2013-2016

Laurence Couëpel

"Mon expérience Erasmus en Lettonie a été surprenante à plus d’un titre.
J’ai choisi de réaliser mon stage dans un pays étranger avec un intérêt professionnel qui rejoignait des intérêts personnels.
Indéniablement, ce stage a sollicité ma capacité d’adaptation et m’a permis de concrétiser des valeurs professionnelles telles que la bienveillance et le respect.
Se retrouver dans un pays comme la Lettonie, si éloignée géographiquement et culturellement de la France, est déstabilisant. L’Histoire de la Lettonie joue un rôle majeur sur la vision de la santé et les professionnels. Ce stage est une occasion pour comprendre le fonctionnement du système sanitaire et de ne pas juger les pratiques que nous pouvons constater.
Nous étions deux à partir en Lettonie et nous avons été accueillies par une étudiante infirmière dès notre arrivée, ce qui nous a permis d’échanger sur la vie dans la capitale et sur les lieux de stage.
Pour un voyage à l’étranger, il était intéressant d’être deux pour pouvoir échanger sur nos ressentis.
Nous partons avec une volonté d’échange et de nouveaux apprentissages. Nous avons pu rencontrer des difficultés avec des équipes soignantes parfois mal à l’aise face à des étudiantes étrangères.
La plupart des infirmières ne parlent pas anglais, mais la volonté d’échange (et l’aide de Google translate !) permet de communiquer malgré tout.
Il est nécessaire avant de partir de faire le point sur les apprentissages et les acquis des stages des deux premières années. La dernière année est importante car les soignants nous considèrent comme de futurs collègues d’ici peu de mois. Ils ont donc des attentes assez élevées en termes d’organisation de soins et de gestion de son temps de travail. Il faut donc être au clair sur son évolution afin de ne pas se mettre en difficulté.
Pour conclure sur une note encourageante, je tiens à souligner que partir avec Erasmus Plus peut être plus dépaysant que ce que l’on pense car malgré notre appartenance à l’Europe, nous avons tous une culture qui nous est propre.
L’intégration demande des efforts, mais l’expérience les mérite."

 

Martine BERNARD

Directrice de l’IFSI de Bègles

"Je fais partie du groupe de réflexion menée par l’Agence Régionale de Santé Aquitaine sur le développement de la simulation en santé en formation paramédicale. Ce groupe a comme objectif l’implantation d’une plateforme de simulation sur le département .  La mobilité de formation que j’ai réalisée au sein de la Haute Ecole de Santé de Namur m’a permis de concrétiser le cahier des charges nécessaire à la mise en œuvre de la plateforme. En effet, le département paramédical de Henallux est doté de plusieurs salles de simulation et j’ai pu lors de mon déplacement mesurer et tester la dimension professionnalisant de cette méthode pédagogique, transférable dans nos formations. Au-delà des rencontres humaines extrêmement enrichissantes , ma participation le dernier jour au Symposium Belge de Simulation de Santé sur le thème « Améliorer la sécurité du patient : Simulation et interdisciplinarité » n’a fait que confirmer si nécessaire la pertinence de ces pratiques innovantes et la volonté de les développer au sein de l’IRFSS Aquitaine."

 

IMG_1655

Namur

 

 Sébastien

 Etudiant à l'IFSI, nous explique son choix de participer à un programme d’échanges avec l’Université de Namur.

"Ma volonté de partir en stage ERASMUS vient avant tout d'un désir profond de confrontation des regards et des pratiques.
Étant encore aujourd'hui dans une démarche d'apprentissage, la confrontation des pratiques me paraissait une démarche naturelle. Si, en effet, les stages permettent de découvrir une réalité de pratique, cette dernière reste tout de même ancrée dans une approche pédagogique commune. L'acte de passer la frontière prend alors tout son sens : aller à la découverte d'une approche différente du soin, un savoir-faire et un savoir être autre, qui, parce qu'il n'est pas celui de ma formation me permettra justement d'intégrer à ma future pratique une nouvelle approche du soin dans - je l'espère sincèrement - un réel accueil et une réelle volonté d'échange. La volonté de se placer dans une démarche de découverte correspond au désir de me mettre dans la position de celui qui va chercher et non de celui qui reçoit : s'adapter, chercher à comprendre sans juger, découvrir enfin un relationnel obligatoirement modifié car résultant d'une culture qui n'est pas la mienne. Intégrer dans son cursus un départ à l'étranger, c'est avant tout réfléchir à une rencontre. Dans le cadre d'une réflexion sur la pratique et l'approche du soin infirmier, s'ouvrir à l'extérieur reste le premier pas vers une acceptation d'un regard différent du mien, d'attentes et de projets autres dans la perspective d'un apprentissage nuancé. C'est ce projet intimement tourné vers l'humain qui m'a séduit dans la formation de la Croix Rouge. Ces valeurs, que je pense m'approprier un peu plus tous les jours, font qu'aujourd'hui je cherche également à me porter volontaire dans un projet encore inédit dans cette formation. Ce que j'espère pouvoir accomplir grâce à ce stage n'est pas uniquement centré vers mon désir professionnel et personnel, mais s'intègre également dans une volonté d'ouvrir une nouvelle possibilité d'échange plus seulement tourné vers un ailleurs lointain. Avec le contexte pédagogique et culturel aujourd'hui, pouvoir découvrir son voisin européen permet de développer une réflexion didactique commune tout en prenant en compte ses différences. Il est très motivant de me dire que je suis le premier étudiant à tenter l'expérience, à représenter mon institut de formation et de penser que si il se passe bien, d'autres étudiants auront eux aussi la chance de pouvoir aller en Europe découvrir les autres visions du soin.
Cette démarche n'est cependant pas décrochée de toute perspective professionnelle : ma découverte du monde professionnel me pousse de plus en plus à m'ouvrir sur d'autres pays et à penser ma démarche dans une perspective européenne. Mais si l'envie est sincère, la réalité peut aussi être différente. Se confronter à la réalité du voyage, du regard de l'Autre me parait aujourd'hui essentiel afin de fixer ou non ma démarche d'exploration des autres pratiques étrangères. J'ai pour projet d'aller travailler en Belgique une fois mon diplôme obtenu et ce stage me permettra de me confronter à la spécificité de la prise en charge des patients dans ce pays.    
Enfin partir pour ce stage en Belgique me permettrai plus encore que dans un stage en France d'être à la fois dans une dissonance cognitive forte (par le changement de culture, de savoir-faire et de contexte de soin) tout en restant en sécurité dans ma pratique grâce au milieu hospitalier et aux formateurs de l'école d'infirmier locale, sans me mettre dans une situation d'échec par ma volonté de vouloir aller trop loin dans le changement de point de vue grâce à un partage de la même langue".

 

Carole 

Etudiante IFSI - Promo 2013-2016

"Je suis partie 10 semaines à l’automne 2015 afin effectuer mon premier stage de 3ème  année en soins infirmiers à Namur en Belgique, dans le cadre du programme européen Erasmus+.
Pour organiser mon stage, j’ai rencontré Mme NIVET et Mme ALEX-BACQUER, chargée de mission « Erasmus + » au sein de l’IRFSS de la Croix Rouge Aquitaine dès novembre 2014. Elles m’ont aidé et guidé pour la constitution de mon dossier.
Lors de mon arrivée en  Belgique j’ai été accueilli mais aussi guidé durant mon séjour par les personnes en charge de ce programme européen.  Ce partenariat Franco-Belge m’a permis de réaliser mon stage dans des conditions optimales.
Sur place, mon objectif principal été d’élargir mon champ de compétences en explorant un nouvel aspect de la prise en charge des patients en fin de vie dans un pays ou les lois sont différentes de celles de la France. J’ai eu l’opportunité de réaliser ma première période de stage en Unité de Soins Palliatifs puis dans l’Equipe Mobile d’Accompagnement des Soins Palliatifs. En tant qu’étudiant en soins infirmiers,  ces deux lieux de stage sont complémentaires pour une approche globale des soins palliatifs et pour une bonne compréhension  du  cheminement de la prise en charge d’un patient en soins palliatifs.
Durant mon séjour, j’ai vécu une formidable expérience humaine et professionnelle. J’ai rencontré des gens accueillants et chaleureux et découvert un pays agréable à visiter. C’est un stage que je conseille fortement aux étudiants, car j’en suis reparti grandie et plus sûre de moi pour poursuivre mon parcours professionnel."

Belgique

 

Hans et Yohan

IFMK Promo 2013-2016

"Nous sommes deux étudiants, actuellement en dernière année de formation de masso-kinésithérapie. Nous avons réalisé une mobilité de onze semaines dans la ville de Porto dans le cadre du programme ERASMUS+. Dans ce cadre, nous avons pu effectuer deux stages de 5 semaines chacun et profiter d’une semaine pour découvrir Porto et ses environs.
Nous étions logés en bordure de Porto, nous louions un appartement que nous partagions avec un étudiant en génie civil, d’origine Slovaque. Notre colocation s’est très bien déroulée malgré le peu de temps partagé durant les semaines de stage. C’est toujours intéressant de confronter les cultures et les modes de vie au quotidien, cela bouscule quelques repères !
Notre rythme de travail était un peu différent de ce à quoi nous nous attendions… Nous pensions bien travailler sur une base de 35h (comme en France). En effet, pour répondre à nos demandes de stage spécifiques, nous avons été accueillis dans des lieux qui nécessitaient  3h de transport par jour. A cela venait se greffer des travaux à produire pour notre école en France ainsi que pour celle du Portugal, dont la rédaction d’un cas clinique en anglais. Il ne faut donc pas croire qu’un stage Erasmus à l’étranger est une façon détournée de passer des vacances au soleil !
Ceci dit, nous avions toujours les week-end pour profiter un peu plus du Portugal. C’est un pays Européen vraiment riche et varié. En effet, 1 heure de train (très bon marché) vous change radicalement le paysage. La vie sur place coûte moins cher qu’en France à condition de faire quelques efforts. Les courses nous revenaient à 60-70 euros par semaine et comprenait tous les repas pour deux personnes, mais nous n’achetions que des produits frais, non industriels car sinon la facture grimpe très vite !
Pour conclure, cette expérience fût largement enrichissante pour nous. Sur le plan professionnel, sur notre capacité d’adaptation, sur notre pratique de l’anglais, du portugais et de la communication en général. Sur le plan personnel, nous avons progressé sur nos capacités d’organisation au quotidien."

Portugal

 

Haut de page